Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 21:45

Nous voilà arrivé à ce mois béni qu'est le ramadan.

C'est le quatrième pillier de l'Islam.

 

A ce sujet, le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) a dit:
« La première nuit de Ramadan, tout démon, tout djinn est enchaîné.

Toutes les portes de l’enfer sont fermées, aucune ne s’ouvre.

Toutes les portes du Paradis sont ouvertes, aucune ne se ferme.

 On appelle: « Ô toi qui veut du bien, accours ! Ô toi qui veut faire du mal, cesse! »

Cet appel est renouvelé chaque soir, et chaque soir ALLAH sauve de l’Enfer un certain nombre de croyants.« (Tirmidy)

 

 

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 05:26

Salam allaykoum mes soeurs fillah

En cette approche du ramadan, rien de mieux que quelques rappels

pour se préparer à son arrivée.

 

Je publierais donc des articles trouvés sur la toile pour approffondir

notre recherche de science et de "mieux-faire".

 

Voilà donc un article publié ici

 

 

Partie de la conférence du Frère Abû Abdillâh Adil :

1- La valeur et les vertus du jeûne du mois de ramadhan en islam :

Dans le Coran, Allâh parle du jeûne comme Il parle des autres adorations, la prière, la zakat….. Ce sont en quelque sorte des stations dans lesquelles le musulman doit s’arrêter pour se purifier de ses péchés pour rencontrer Allâh comme sa mère l’a mis au monde, sans aucun péché.

Donc Allâh en parlant du jeûne en général a cité des caractéristiques très importantes pour le musulman et on va voir in sha’a Allâh, parmi les dix caractéristiques citées dans un Verset de la sourate « al-ahzab », Il a mis une place pour les jeûneurs.

« Les Musulmans et Musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, loyaux et loyales, endurants et endurantes, craignants et craignantes, donneurs et donneuses d'aumônes, jeûneurs et jeûneuses,
gardiens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs souvent de Dieu et invocatrices :
Dieu a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense.»
[ Sourate 33 – Verset 35 ]

Donc Allâh a accordé une grande place à ceux qui pratiquent le jeûne et dans la sourate « al-baqarah », Il , nous recommande de jeûner.

« …mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez ! » [ Sourate 2 - Verset 184 ]

 

Le Prophète dans plusieurs hadiths précise la valeur du jeûne.

Le premier point est que le jeûne est pour le musulman une protection contre « ash-shahawat », les passions, les désirs de ce bas monde. Chacun a parfois des tentations, tentations de shaytan, de sa propre âme, « an-nafs » et le jeûne permet de s’en protéger.

Alors on se rappelle le texte du Prophète qui dit que le Paradis est entouré de choses détestables pour l’homme et que l’Enfer est entouré de « shahawat », de plaisirs.

Shaytan essaye tous les moyens pour nous égarer du chemin du paradis et surtout à notre époque où il existe beaucoup de moyens pour égarer les gens de la voie de l’Islam.

Alors le Prophète s’adresse à nous et surtout aux jeunes et dit :

« Ô vous les jeunes, que celui qui est capable de se marier, qu’il se marie, et s’il ne le peut pas, alors qu’il jeûne. »

Hélas, certains jeunes cherchent d’autres moyens pour répondre à leurs désirs, leurs passions et adoptent des moyens illicites, alors que c’est dans l’adoration d’Allâh que l’on peut trouver refuge contre les shahawat.

Dans un autre hadith, le Prophète dit :

« Le jeûne est un bouclier contre le Feu de L’enfer. »

Aussi, il dit :

« Celui qui jeûne une journée pour se rapprocher d’Allâh, Allâh le jour de la résurrection mettra entre lui et l’enfer un fossé de la distance qui sépare les cieux et la terre ».

Un compagnon, Abu oumama vînt voir le Prophète et lui demanda :

« ô Prophète indique moi une œuvre qui me permet de gagner le paradis » Le Prophète lui dit : Accomplis le jeûne car il n’a pas d’équivalent »

Ceux qui font le jeûne seront récompensés par Allâh par une récompense que Allâh est Seul à connaître.

Allâh dit (dans un hadith qudsi) :

« Toutes les œuvres du fils d'Adam voient se multiplier la valeur de leur salaire. La bonne action est payée par dix à sept cents fois sa valeur. Dieu exalté dit: «Sauf le jeûne. Il est pour moi et c'est moi qui en donne la récompense. Il renonce en effet à cause de moi à ses désirs charnels et à son manger. Le jeûneur à deux joies: Une fois quand il rompt son jeûne et une autre quand il rencontre son Seigneur. La mauvaise haleine du jeûneur a certainement pour Dieu une meilleure odeur que le musc ».

Le Prophète dit également :

«…Par Celui qui tient l'âme de Mohammad dans Sa Main, la mauvaise haleine du jeûneur a certainement pour Dieu une meilleure odeur que le musc. Le jeûneur connaît deux joies: Quand il rompt son jeûne il se réjouit et, quand il rencontre son Seigneur, il se réjouit de son jeûne ». [ Unanimement Reconnu Authentique ]

« Le Jour de la Résurrection, le jeûne viendra pour intercéder auprès d’Allâh et il va dire : « ô mon Seigneur, j’ai empêché Ton serviteur de manger et d’avoir des rapports avec sa femme. O mon Seigneur accepte mon intercession auprès de Toi pour lui pardonner et le faire rentrer au Paradis. »

Le Coran fera la même chose pour celui qui le lisait et Allâh va accepter leur intercession pour faire rentrer au Paradis ce musulman qui jeûnait et lisait le Coran. [ Rapporté par l’Imam Ahmad ]

Le Prophète dit dans un hadith de Hudheifa que Omar ibnu khattab a posé la question à hudheifa :

" Ô hudheifa connais-tu le hadith du Prophète dans lequel il parle de la fitnah qui va toucher la nation musulmane ? Hudheifa dit : ô amir al mou’minine, les épreuves qui peuvent toucher le musulman dans ses biens sa famille ses voisins et le faire tomber dans les péchés, tous ces péchés peuvent être effacés par la prière, le jeûne l’aumône. Alors Omar ibn al khattab lui dit : « Non ô Hudheifa, ce n’est pas le hadith que je veux. Je parle du hadith concernant la porte. Hudheifa lui dit : « Ô amir al mou’minine, cette porte qui se trouve entre nous les musulmans et la fitnah elle va être cassée. » Et Omar ibn al khattab a dit : si cette porte est cassée, elle ne se refermera jamais. » Lorsque Omar ibn al khattab est parti, Hudheifa a dit aux musulmans qui étaient avec lui: « Cette porte c’est Omar ibn al khattab. »

Le Prophète dit dans un hadith :

« Celui qui réunit deux bonnes actions (deux bêtes à sacrifier, deux unités de prière, deux jours de jeûne volontaire etc...) au service de Dieu, s'entend appeler à partir des portes du Paradis: « Ô esclave de Dieu! Voilà une bonne chose que tu viens de faire ». Celui qui fait partie des pratiquants fervents de la prière est appelé à partir de la porte de la prière. Celui qui fait partie des volontaires fervents à la guerre sainte est appelé à partir de la porte de la guerre sainte. Celui qui fait partie des pratiquants fervents du jeûne est appelé à partir de la porte dite de " Rayyan " et celui qui fait partie des dispensateurs fervents d'aumônes est appelé à partir de la porte de l'aumône ». Abou Bakr dit: « Ô Messager de Dieu ! Que mon père et ma mère te servent de rançon ! Il suffit d'être appelé à partir de l'une de ces portes pour être sûr du succès (d'entrer au Paradis)? Est-il possible que quelqu'un soit appelé à partir de toutes ces portes à la fois ? » Il dit : « Oui, et j'ai bon espoir que tu sois l'un d'eux ». [ Unanimement reconnu authentique ]

Le Prophète nous montre qu’une porte est réservée aux jeûneurs et qu’une fois que tous les jeûneurs auront passé cette porte pour entrer au Paradis, alors elle se refermera et personne d’autre n’aura le droit
d’y rentrer.

 

 

 

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 04:35

Le mois de Chabane est là, hamdullilah,

Le mois de ramadan va bientôt arrivé, inchaAllah,

et pour rompre le jeune quoi de mieux que des dattes.

Un hadith rapporte que le prophète (SAWS) rompait son jeune avec des dattes.

"Si l’un d’entre vous veut rompre le jeûne, qu’il le fasse avec des dattes par ce qu’elles sont une bénédiction, et s’il ne trouve pas des dattes, qu’il rompe le jeûne avec de l’eau parce qu’elle est une purification " rapporté par les Imams Abou-Daoud et at-Tirmidhi.

Je viens de trouver un article à ce sujet ici.

 

 

 

 

 

Les dattes constituaient un aliment fondamental pour les musulmans. La femme du prophète Aïcha dit : "Il nous arrivait, nous la famille de Muhammad, parfois de rester un mois sans faire de feu (pour cuisiner) puisque nous n’avions que des dattes et de l'eau (pour toute subsistance)" rapporté par l’Imam Muslim 

Elle  dit aussi : "Le Prophète mourut et nous n'avions encore pour apaiser notre faim que les deux choses : les dattes et l'eau" apporté par l’Imam Muslim

 

Il est difficile de comprendre comment la famille du prophète peut tenir un mois sans manger que des dattes, et la question qui se pose : pourquoi les dattes ?

Est-ce pour la simple raison que le prophète Muhammad (bénédiction et paix sur lui) était pauvre et que les palmiers étaient amplement cultivés dans la péninsule arabe ?

 

 

La réponse est certainement : Non. En effet, le prophète ne mangeait pas seul les dattes mais il recommandait à tous les musulmans de les manger : le prophète dit : "Celui qui commence sa journée par manger sept dattes ne sera pas lésé ni par un poison ni par un envoûtement".

 

Dans une autre version rapportée par Saad (qu'Allah soit satisfait de lui), l'Envoyé d'Allah  dit: "Quiconque mange, chaque matin, sept dattes de ses deux plaines (de Médine) (couvertes de pierres noires), ne sera pas atteint d’aucun poison jusqu'au soir" rapporté par l’Imam Muslim.

Il dit aussi : "Les occupants d’une maison qui ne contient pas des dattes ont toujours faim" (rapporté par les imams Attirmidhi, Abou Daoud et Ibn Majah).

 

 

De plus, le prophète recommandait à ses compagnons de mâcher les dattes et les faire goûter aux nouveau-nés : Abou Moussa dit : "Il m'était né un enfant.

Je le portai au Prophète qui lui donna le nom d’Ibrahim, et lui frotta la gorge avec une datte" rapporté par l’Imam Muslim.

Aïcha dit aussi : "On apporta les nouveau-nés à l'Envoyé d'Allah pour qu'il les bénisse et leur frotte l'intérieur de la bouche avec une datte mâchée" rapporté par l’Imam Muslim.

 

 

Les dattes ne sont pas bénéfiques seulement après la naissance mais aussi avant la naissance.

En effet, Allah, l’Exalté, a demandé à Marie, mère du prophète Issa (Jésus, paix sur lui), de manger les dattes,

Allah dit dans le Coran 

Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse !

sourate Marie, v.25-26

 

Il est ainsi recommandé à toutes les femmes enceintes de manger des dattes surtout dans la période qui précède l’accouchement.

 

 

En outre, le prophète a recommandé aux musulmans de rompre le jeûne du Ramadan avec des dattes :

Salman Ben Amer rapporte que le prophète a dit : "Si l’un d’entre vous veut rompre le jeûne, qu’il le fasse avec des dattes par ce qu’elles sont une bénédiction, et s’il ne trouve pas des dattes, qu’il rompe le jeûne avec de l’eau parce qu’elle est une purification " rapporté par les Imams Abou-Daoud et at-Tirmidhi.

 

Anass rapporte aussi que le prophète rompait le jeûne avec des dattes fraîches, sinon avec des dattes sèches, sinon il buvait un peu d’eau" rapporté par les Imams Abou-Daoud et at-Tirmidhi.

 

En ayant suivi la tradition du Messager d’Allah et sachant que nos ancêtres musulmans ont pu envahir le quart de la terre peuplée en un tiers du siècle tout en ayant eu comme nourriture essentielle les dattes et l’eau, il n’y aura aucun doute de conclure que les dattes forment une nourriture exceptionnellement riche.

Afin de découvrir la richesse des dattes, nous avons effectué une recherche sur les études scientifiques faites sur les dattes.

Nous avons découvert que les dattes sont riches en métaux dont le potassium, le calcium et le fer, et en vitamines dont les vitamines A, B et C.

Les dattes sont encore très riches en fibres alimentaires nécessaires pour éviter la constipation.

Nous trouvons aussi dans les dattes beaucoup de composés organiques indispensables à notre santé.

 

 

 

 

 

 

Datte sèche

 


Les principales caractéristiques

 

Fruit d'une variété de palmier répandu dans tout le bassin méditerranéen, la datte (Phoenix dactylifera) possède une composition originale qui la différencie nettement des autres fruits, et explique qu'elle soit couramment présentée sous forme de datte séchée.

La datte est surtout commercialisée et consommée sous forme de datte sèche, c'est-à-dire partiellement déshydratée. Elle ne renferme plus alors que 15 à 20 % d'eau en moyenne (au lieu de 65 à 70 % dans la datte fraîche).

Elle concentre évidemment sa matière sèche, ce qui entraîne des modifications sensibles dans sa composition, et lui donne des caractéristiques nutritionnelles tout à fait particulières.

La teneur en glucides (sucres) de la datte sèche atteint 64 à 69 % c'est-à-dire 3 à 5 fois ce que l'on trouve dans les fruits frais.

 

Cette teneur est comparable à celle des autres fruits séchés du marché (60 à 65 % pour l'abricot, la banane, la poire ou la pomme séchés, 66 % pour le raisin sec). Il s'agit en majorité de fructose et de glucose (chacun représentant environ les 2/5° des glucides totaux), et pour une moindre part de saccharose (environ 1/5° du total). On note aussi la présence de petites quantités de sorbitol.

 

C'est parce que la datte est à la fois riche en sucres, et peu hydratée, qu'elle peut se garder à température ambiante sans s'altérer. Encore faut-il veiller à la maintenir au sec, à l'abri de l'humidité, afin de la préserver d'un éventuel développement de moisissures.

 

Le taux des protides atteint 2,5 % dans la datte sèche (0,5 à 1 % dans les fruits frais), mais celui des lipides reste très faible (moins de 1 % en général).

 

La datte sèche est un fruit hautement énergétique : elle fournit 287 kcalories - 1200 kJoules - aux 100 g net (soit environ 115 à 120 g de dattes pesées avec le noyau). Elle se situe sur ce point sensiblement au niveau des autres fruits séchés (raisin sec, abricots secs).

Les minéraux et oligo-éléments sont remarquablement abondants dans ce fruit : la datte sèche en renferme 1,5 à 1,8 g aux 100 g (2 à 3 fois plus que les fruits frais). C'est un des fruits les plus riches en potassium (plus de 670 mg aux 100 g), en calcium (62 mg) et en magnésium (58 mg), ainsi qu'en fer (3 mg). Cuivre, zinc, manganèse sont également présents à des niveaux intéressants.

Le profil vitaminique de la datte sèche se caractérise par des teneurs tout à fait appréciables en vitamines du groupe B : 1,7 mg de vitamine B3, 0,8 mg de vitamine B5, 0,15 mg de vitamine B6, 0,10 mg de vitamine B2. Par contre, la vitamine C (qui atteignait 15 mg dans la datte fraîche) a presque totalement disparu dans la datte séchée (2 mg en moyenne), et la teneur en provitamine A dépasse rarement 0,03 mg aux 100 g.

 

La datte séchée est un des fruits les plus riches en fibres : elle en apporte en moyenne plus de 7 g aux 100 g (bien davantage que les fruits frais, dans lesquels elles dépassent rarement 2,5 g). Il s'agit pour l'essentiel (plus de 85 % du total) de fibres insolubles, cellulose et hémicelluloses.

 

 

 

 

 

 

 

L'intérêt nutritionnel et diététique

 

Une bonne "recharge" énergétique

 

Sous un assez faible volume, les dattes fournissent un apport énergétique appréciable.

 En consommant une petite portion de 50 g net de dattes (soit 6 à 8 fruits, selon leur grosseur) on reçoit déjà près de 150 kcalories, provenant presque exclusivement (à plus de 96 % !) des glucides. Les dattes sont donc l'aliment de choix pour le travail musculaire (les glucides sont les carburants du muscle), et ceci d'autant plus qu'elles fournissent également des vitamines du groupe B (nécessaire au métabolisme glucidique).

 

Ce sont des fruits à conseiller pour la pratique sportive, notamment de longue durée (comme la randonnée à pied ou à vélo, les courses en montagne, le ski de fond, etc.), et chaque fois qu'on doit faire des efforts physiques importants ou prolongés.

 

 

Prises en collation ou intégrées dans un dessert, les dattes, grâce à leur richesse en glucides, peuvent aussi contribuer au bon équilibre de l'apport énergétique journalier. En effet, les lipides occupent souvent trop de place dans l'alimentation (ils représentent près de 40 % de l'apport énergétique total, alors qu'il serait préférable de ne pas dépasser 30 à 35 %), et cela au détriment de glucides, auxquels on donne généralement une place insuffisante (ils ne représentent le plus souvent que 42 à 45 % de l'apport énergétique total, au lieu des 50 à 55 % conseillés).

 

Un complément minéral de choix

C'est aussi grâce à leur apport élevé en minéraux que les dattes participent au bon équilibre alimentaire.

Elles sont particulièrement riches en potassium, ce qui est intéressant pour les sportifs (dont les besoins sont augmentés), et les personnes âgées (qui n'en trouvent pas toujours assez dans leur alimentation).

Leur teneur en magnésium et en fer est appréciable, car elles contribuent aussi, bien que dans une mesure moindre, à la couverture des besoins en calcium, en zinc, en cuivre et en manganèse.

 

 

 

 

Des fibres efficaces

Les dattes permettent enfin de renforcer très efficacement l'apport en fibres, souvent déficitaires aujourd'hui dans les repas.

Une portion de 50 g de dattes en fournit plus de 3,5 g, ce qui représente pratiquement 12 à 15 % de la quantité préconisée pour la journée.

Les fibres des dattes, essentiellement insolubles, sont très efficaces pour lutter contre la tendance à la paresse intestinale. Elles sont en général très bien tolérées, surtout lorsqu'on consomme les variétés de dattes les plus moelleuses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Sunnah.free - aprifel (pour les statistiques)

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 05:27

Voici un message du Shaykh Al'Uthaymin que

j'ai trouvé ici et qu' elle a trouvé ...

 

Message du Shaykh Al' Uthaymin

 

De Muhammad Ibn Salih Al' Uthaymin

(rahimahullah) au frère ou à la sœur, qu’Allah le ou la préserve. Que la paix, la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur toi. Tu m’as demandé, qu’Allah te bénisse, de te dresser une ligne de conduite que tu pourrais suivre dans ta vie. Et je demande à Allah, le Très-Haut, qu’Il nous permette à tous d’atteindre toute chose qui mène sur le droit chemin et permet de marcher sur la voie droite, de connaître le succès et de faire preuve de rectitude. Qu’Il fasse que nous soyons de pieux prédicateurs qui guident sur la bonne voie, qui restaurent et font le bien.


Et je te  répondrai :


 Premièrement : Avec Allah  


 Aspire à être toujours avec Allah en ressentant Sa puissance, en méditant sur Ses signes universels tels que la création des cieux et de la terre, ce qu’Il y instaura par Sa fabuleuse sagesse, Son formidable pouvoir et Son immense miséricorde et grâce ; et Ses signes législatifs révélés par Ses prophètes notamment le sceau des prophètes Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam). 


Que ton cœur soit plein d’amour pour Allah, l’Exalté, pour tous les bienfaits qu’Il t’a accordés et tous les maux dont Il t’a préservé. Tout particulièrement pour le bienfait de l’Islam et la rectitude dans sa pratique (qu’Il t’a accordé). Et ce jusqu’à ce qu’Il soit l’être que tu aimes le plus.


Que ton cœur soit plein d’exaltation pour Allah et ce jusqu’à qu’Il soit au fond de toi la chose la plus importante. Et en regroupant dans ton cœur cet amour pour Allah et cette exaltation, ta pratique en sera plus droite : l’amour que tu Lui portes t’incitera à accomplir Ses injonctions et l’exaltation que tu Lui accordes t’incitera à t’écarter de Ses interdits.


Que tu sois sincère dans ta dévotion, que tu t’en remettes à Lui dans tous les cas pour valider de la sorte le degré :


 « C’est toi que nous adorons et c’est Toi que nous implorons »


 Que tu es toujours à l’esprit que tu accomplis Ses injonctions et t’écartes de Ses interdits pour te conformer à Ses volontés. Ainsi tu verras que ta pratique aura un autre goût que tu ne peux ressentir en étant distrait. Tu obtiendras en outre une assistance de Sa part dans l’aboutissement de tes affaires qui n’auraient pu se concrétiser si tu avais dû compter uniquement sur ta propre personne.

 

Deux!èmement : Avec le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam)


                                                                                                                                                                                                                                                                               Deuxièmement :

 Que tu fasses prévaloir l’amour que tu portes au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) sur celui de toute autre créature, ainsi que sa voie et ses enseignements (sunna) sur toute autre voie ou tout autre enseignement.


Que tu le considères comme étant un guide pour toi dans tes pratiques et ton comportement, de sorte que lorsque tu désires accomplir un acte de dévotion, tu ressentes que tu es en train de le suivre comme s’Il se trouvait devant toi. Tu suis sa trace et suis sa voie.


De même dans ton éthique, tu adoptes son comportement (salallahu ‘alayhi wa salam) qu’Allah, l’Exalté, a décrit comme étant :


 « Et tu es certes, d’une moralité imminente »


 Aussitôt que tu adopteras cette attitude, tu seras alors avide : avide de connaître ses décrets et son comportement.


Que tu appelles à la sunna  du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), la préserves et la protèges. Ainsi Allah te  préservera selon l’aide que tu as apporté à Ses préceptes (shari’a).


 

Troisièmement : Tes œuvres journalières autres que canoniques :


 1-  Si tu te lèves dans la nuit, rappelle-toi Allah et invoque-Le car c’est un moment propice à être entendu. Et récite les paroles d’Allah :                                                                                                                                                                         


 

« Il y a certes dans la création des cieux et de la terre… »


 jusqu’à la fin de la sourate Ali ‘Imrane, qui représentent un ensemble de dix versets.


 2- Prie vers la fin de la nuit autant de prières que tu le peux en les clôturant par une prière impaire.


 3- Préserve autant que tu le peux les invocations du matin : répète cent fois :


  « Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, seul, sans associé, à Lui la souveraineté, et à Lui la louange,    Il est le puissant sur toute chose »


 4-  Prie la prière de la matinée ( Ad-Duha).


 5-  Préserve autant que tu le peux les invocations du soir.


 

 Quatrièmement : Comment étudier 


 1-  Aspire à apprendre le livre d’Allah, et tous les jours, détermine des passages à lire. Que ta lecture soit avec mesure et recherche du sens. Et si dans ta lecture, tu apprends quelque chose, note-le.


 2- Aspire à apprendre la sounna authentique du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). Tu peux à titre d’exemple apprendre ‘Umdatul Ahkam.


 Sois attentif et ferme pour ne pas apprendre de manière désordonnée…d’étudier un peu par-ci et un peu par-là, car cela te fait perdre ton temps et disperse ton esprit.


Commence par les petits livres, comprends-les bien, puis fais les suivre par des livres plus soutenus, de sorte que tu prennes ta science par étape, qu’elle imprègne ton cœur et apaise ton esprit.


 Aspire à connaître les fondements et ses règles. Et toute règle que tu remarques, note-la car il a été dit :  « Celui qui est privé des fondements est privé de l’arrivée ».


Débats des points avec ton maître (shaikh) ou avec une personne de confiance parmi tes proches amis dont tu juges les connaissances et la pratique convenables. Au pire, suppose dans ton esprit qu’une personne débat avec toi, si tu ne trouves personne avec qui débattre. 


 


 Voilà. Et je demande à Allah qu’Il t’enseigne ce qui t’est utile et que ce que tu apprends te soit profitable, qu’Il t’accorde plus de connaissances et qu’Il fasse que tu sois de Ses pieux serviteurs et un membre de Son groupe victorieux. Et que la paix, la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur toi.


 

Traduit par Abu Muss’ab


Source : article publié sur islamway


Revu par les salafis de l’Est<...

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 05:19

Salam allaykoum akhawet

Voici un article trouvé sur le site  ici

 

Comment nous préparer pour le Ramadan ?

 

La préparation du Ramadan commence par un examen de conscience pour constater sa propre négligence dans la réalisation des exigences des deux attestations et dans l’accomplissement des obligations et l’abandon des sources de plaisir inutile ou suspect.

Le fidèle doit évaluer sa conduite afin que le Ramadan marque une accélération de sa progression dans la foi. Car celle-ci peut augmenter ou diminuer ; l’obéissance l’augmente et la désobéissance l’affaiblit. L’obéissance commence par la réalisation de la vraie servitude envers Allah seul. Cela est marqué par la croyance ferme qu’Allah est le seul qui mérite vraiment d’être adoré. Et puis on Lui consacre toute forme d’adoration sans Lui associer personne en cela. L’on doit aussi être convaincu que ce qui nous arrive ne pourrait pas ne pas nous arriver et ce qui nous a raté ne pourrait pas nous frapper puisque tout est prédéterminé.

Nous nous abstenons de tout ce qui s’oppose à la réalisation des deux attestations et nous évitons d’introduire des innovations dans la religion et réaffirmons notre alliance et notre désaveu (...). Nous aimons la Sunna et ceux qui l'appliquent et nous la défendons partout et toujours.

Ensuite nous faisons notre propre examen de conscience pour la négligence que nous manifestons dans les pratiques rituelles comme l’accomplissement des prières en groupe, le rappel d’Allah, le Puissant et Majestueux, le respect des droits du voisin des proches et des autres musulmans. Il en est de même de notre laxisme relatif à la recommandation du bien, à l’interdiction du mal, à la recommandation mutuelle de la vérité, à la persévérance en cela, à la persistance dans l'abandon des mauvais actes et dans l’accomplissement des actes cultuels et l’endurance des décrets d’Allah le Puissant et Majestueux.

L’examen de conscience doit encore concerner les actes de désobéissance et l’acharnement aux plaisirs. Il s’agit alors de cesser tout acte de désobéissance majeur ou véniel ; qu’il soit accompli à l’aide de l’oeil comme un regard porté sur un objet interdit ou par l’oreille comme l’écoute de la musique ou par le pied comme la marche vers ce qu'Allah le Puissant et Majestueux n’agrée pas ou par les mains comme leur usage contraire à l’agrément d’Allah ou la bouche comme la consommation de ce qu’Allah a rendu illicite comme le fruit de l'usure ou de la corruption ou d'autres revenus qui entrent dans la rubrique : spoliation des biens d’autrui.

Nous devrions avoir présent à l’esprit qu’Allah tend la main le jour pour permettre au pécheur de la nuit de se repentir et tend la main la nuit pour permettre au pécheur du jour de se repentir. A ce propos, Allah a dit :

« Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux, - qui dépensent dans l' aisance et dans l' adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui - car Allah aime les bienfaisants -- et pour ceux qui, s' ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en désobéissant à Allah), se souviennent d' Allah et demandent pardon pour leurs péchés - et qui est - ce qui pardonne les péchés sinon Allah ? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu’ils ont fait. - Ceux-là ont pour récompense le pardon de leur Seigneur, ainsi que les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Comme est beau le salaire de ceux qui font le bien! » (Coran, sourate 3 : verset 133-136 )

et :

« Dis: "Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d' Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux.» (Coran, sourate 39 : verset 53 )

et :

« Quiconque agit mal ou fait du tort à lui-même, puis aussitôt implore d' Allah le pardon, trouvera Allah Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran, sourate 4 : verset 110 ).

C’est avec cet examen de conscience, avec ce repentir et cette imploration du pardon que nous devrions accueillir le Ramadan : « Le vrai intelligent est celui qui se maîtrise et oeuvre pour préparer la mort. L’incapable est celui qui s’adonne à la passion et souhaite tout obtenir d’Allah ».

Le mois de Ramadan est certes un mois de profits et de gains. Le commerçant averti saisit les opportunités pour augmenter ses bienfaits. Profitez de ce mois grâce à la dévotion par la multiplication des prières, la lecture du Coran, le pardon aux autres, la bienfaisance à leur égard et la distribution d’aumônes aux pauvres.
En Ramadan, on ouvre les portes du paradis, ferme les portes de l'enfer, enchaîne les démons et lance chaque nuit cet appel : ô celui qui cherche le bien ! Avance. Ô celui qui cherche le mal ! Recule.

Soyez de bons serviteurs d'Allah fidèles à la tradition des ancêtres pieux et guidés par la Sunna de votre Prophète de sorte à obtenir au sortir du Ramadan le pardon de vos péchés et l’exaucement de vos bonnes oeuvres.

Sachez que le Ramadan est le meilleur des mois. Ibn al-Qayyim dit : « La comparaison des choses créées par Allah amène à préférer le Ramadan à tous les autres mois et ses dix dernières nuits à toutes les autres »

. Voir Zad al-m'aad, 1/56.

 

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 04:52

Voici un article paru sur le blog "Materner avec un grand M" sur

les bienfaits du jeûne sur la santé.

 

Les innombrables bienfaits du jeûne pour la santé

 

 

Les musulmans du monde entier s’apprêtent à accueillir un mois très important dans l’année :

« Le mois de Ramadan »

  

-           Mois de jeûne purificateur

pour nos corps, le croyant s’abstiendra de manger et de boire et de manger de l’aube au couché du soleil mais aussi pour nos âmes, le croyant redoublera d’efforts dans les actes d’adoration, de piété tout en s’abstenant de commettre des péchés.

-           Mois de la patience, de la persévérance, de la résignation,

-           Mois révélateur de la foi du croyant

 

Allah (qu’Il soit glorifié) dit :

" Ô croyants, il vous est prescrit de jeûner comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés, peut être manifesterez vous votre piété !

Pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage de vra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation consistant à nourrir un nécessiteux.

Mais il est mieux pour vous de jeûner si vous saviez ! "

Ou autre traduction :

" Jeûner est bénéfique pour vous. Peut être le comprendrez-vous. "

(Sourate 2 , verset 183 et 184)

 

Le Prophète (salut et bénédiction sur lui) a dit :

« Jeûner vous serez en bonne santé. » Rapporté par Al-Boukhari

« Le jeûne est une protection » Rapporté par Al-Boukhari et Muslim

Selon Ibn Abbas (qu’Allah l’ »agrée), Le Prophète (salut et bénédiction sur lui) a dit :

« L’estomac est la localité des maux, le jeûne est son traitement. »

Rapporté par Ahmad, Abou Daoud et Tirmidhi

 

Le Dr Hébri Bousserouel énumère dans son livre «  Le jeûne du mois de Ramadan et la médecine » tous les bienfaits de celui- ci pour  la santé, le jeûne serait donc utile pour :

-                 Eliminer les toxines du corps

-                 Contrôler,  stabiliser son poids

-                 prévenir des risques d’obésité

-                 Baisser, corriger le taux de cholestérol

-                 Soulager les maux d’estomac en lui accordant une trêve bénéfique

-                 diminuer le risque d’ulcère, le jeûne joue un rôle d’antibiotique

-                 Améliorer les états de stress, d’angoisse et de dépression

-                 Retrouver le sommeil

 

Le jeûne sera  bénéfique dans des pathologies comme le diabète,  les maladies pulmonaires ou encore l’asthme et bien d’autres encore.

Le jeûne jouera un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires, du cancer, des affections dégénératives, des infections gastriques, intestinales, coliques….

Le jeûne permettra également entre autre  un renforcement des fonctions immunitaires ainsi que l’optimisation de la flore intestinale.

 

Il y a cependant un point très important que nous devons souligner pour la pratique d’un jeûne bénéfique pour la santé :

Il faudra veiller à ne pas faire d’excès et manger avec modération lors du repas du soir : de très mauvaises habitudes alimentaires se sont répandues dans les familles musulmanes qui lors du mois de Ramadan multiplient la confection en grande quantité de plats divers et variés qui  pour la plupart seront très gras, trop copieux ou  très sucrés.

Dans de telles conditions, le jeûne perd tous ces bénéfices, il peut même devenir néfaste pour notre santé entrainant ainsi par ces excès indigestion, gastrite, colite, hypertension artérielle et malaises cardiaques.

 

Allah azawajal nous dit :

« … Mangez et buvez et ne commettez pas d’excès car Il (Allah) n’aime pas ceux qui commettent des excès. » Sourate 7, verset 31

 

Le Prophète (salut et bénédiction sur lui) aimait à nous rappeler que l’excès en tout est un défaut :

«  La meilleure des choses est dans son juste milieu » Rapporté par Al Boukhari

Selon Abu Hurayra (qu’Allah l’agrée), Le Prophète (salut et bénédiction sur lui) a dit :

« L’être humain n’a jamais rempli un récipient pire que son ventre.

IL suffit au fils d’Adam de quelques bouchées pour se sustenter.

Sinon, il doit procéder comme suit :

Remplir le tiers de son ventre de nourriture,

le deuxième tiers d’eau

et le tiers restant pour la respiration. » Rapporté par Tirmidhi

Le Prophète (salut et bénédiction sur lui) a dit :

« L’origine de toute maladie est l’indigestion » Rapporté par Ahmad, Abou Daoud et Tirmidhi

 

Le jeûne pour qu’il soit bénéfique pour notre santé doit être conduit de manière saine et équilibrée,  manger avec modération, éviter les excès lors du repas du soir.

Les prières nocturnes surérogatoires (tarawih) après le repas sont également bénéfiques pour la santé, elles sont une continuité du jeûne.

Notre  Prophète  (salut et bénédiction sur lui) nous encouragea à jeûner régulièrement par les jeûnes surérogatoires tout au long de l’année, ainsi le croyant jeûnera également :

-                 Les 6 premiers jours du mois de Chawal

-                 3 jours de chaque mois

-                 Ou tous les jeudi et tous les lundi

 

Mais aussi il nous sera recommandé de jeûner régulièrement pendant le mois de Cha’ban (préparation au mois de Ramadan), les 10 premiers jours du mois de Dhul hidja, le jour de Arafat, le jour de Achoura et de préférence le 9ème et 10 ème jour du mois de Mouharam.

 

La pratique du jeûne surérogatoire maintient l’homme en bonne santé, son rôle est préventif et curatif pour de nombreuses pathologies.

Le Dr Hebri Bousserouel développera également dans plusieurs chapitres de son livre la simplicité de devenir et rester mince en jeunant seulement 3 jours par mois ou un jour par semaine.

Je vous conseil vivement la lecture de son excellent ouvrage :

« Le jeûne du mois de Ramadan et la médecine »  Les innombrables bienfaits du jeûne pour la santé

Édition « La plume universelle » à partir du quel j’ai réalisé cet article,

livre complet sur les bienfaits du jeûne pour la santé selon les différentes pathologies.

 

 Bonne lecture

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 07:00

Conseils pour le mois de Ramadan

 

Cheikh Ibn Bâz

 

De ‘Abdul ‘Aziz Ibn Baz à celui qui le lira parmi les musulmans, qu’Allah fasse que j’emprunte, ainsi que les musulmans, le chemin de la foi, et qu’Il m’accorde, ainsi qu’à eux, la compréhension de la Sunna et du Coran. Amîne. Que la paix et la miséricorde d’Allah soient sur vous, ainsi que Sa bénédiction. Cela dit :

 

Ceci est conseil concis sur la vertu du jeûne et de la prière de la nuit du mois de Ramadan, et la vertu de s’empresser d’accomplir des œuvres pieuses, et un éclaircissement de quelques règles importantes qui pourraient échapper à certaines personnes.

 

Il a été authentifié du messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) qu’il annonçait à ses compagnons l’arrivée du mois de ramadan, et les informait que les portes de la miséricorde et du paradis restaient ouvertes pendant ce mois, que les portes de l’enfer étaient fermées et les diables enchaînés.

 

Il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Lors de la première nuit de Ramadan, les portes du paradis s’ouvrent et on n’en ferme aucune, et les portes de l’enfer se ferment et on n’en ouvre aucune, et les diables sont enchaînés. Un héraut appelle : « ô toi qui veux le bien, avance, ô toi qui veux le mal, recule ». Allah a des affranchis de l’enfer. Et ceci, chaque nuit. »

 

Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Le mois de ramadan vous est venu, mois de bénédiction de laquelle Allah vous couvre pendant celui-ci, la miséricorde descend, les péchés cessent et l’invocation est exaucée. Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. »

 

Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »

 

Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Allah Tout Puissant dit : Toute (bonne) action du fils d’Adam est pour lui, elle est multipliée de dix à sept cents fois, sauf le jeûne, car Il est à Moi et c’est Moi qui le récompense. Il (le jeûneur) abandonne pour Moi ses désirs et sa nourriture. Le jeûneur possède deux joies : l’une lorsqu’il rompt le jeûne, l’autre lorsqu’il rencontre son Seigneur. Et certes, l’haleine du jeûneur est plus agréable auprès d’Allah que l’odeur du musc. »

Et les hadiths sur les vertus de Ramadan, de veiller ses nuits en prière et du jeûne sont très nombreux.

 

Il convient au croyant qu’il profite de cette occasion qu’Allah lui a accordée d’atteindre qui est le mois de Ramadan. Donc, qu’il s’empresse vers l’obéissance, s’éloigne des mauvaises actions et s’efforce d’accomplir ce qu’Allah lui a rendu obligatoire, surtout les cinq prières, car elles sont le pilier de l’islam et les obligations les plus importantes après les deux attestations. Il est obligatoire à chaque musulman et musulmane de les préserver et de les accomplir en leurs temps avec recueillement et quiétude.

 

De même, parmi les plus importantes obligations (de la prière), pour les hommes, est de les accomplir en commun dans les maisons d’Allah (les mosquées), dans lesquelles Allah a permis qu’on évoque Son nom, comme Il dit : « Et accomplissez la prière, et acquittez la Zakât, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent » [sourate Al-Baqarah : 43]

 

« Soyez assidus aux prières et surtout la prière médiane ; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité » [sourate Al-Baqarah : 238]

 

« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur prière, qui se détournent des futilités, qui s’acquittent de la Zakât, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n’est avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer ; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs ; et ceux qui veillent à la sauvegarde des dépôts qui leur sont confiés et honorent leurs engagements, et ceux qui observent strictement leur prière. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement » [sourate Al-Mu’minun : 1-11]

 

Et le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le pacte entre nous et eux est la prière, celui qui l’abandonne a mécru. »

 

Et l’obligation la plus importante après la prière est l’acquittement de la zakat, Comme Allah Tout Puissant dit : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture » [sourate Al-Bayyinah : 5]

 

« Accomplissez la prière, acquittez la Zakât et obéissez au messager, afin que vous ayez la miséricorde » [sourate An-Nur : 56]

 

Le Livre d’Allah et la Sunna de Son prophète montrent que celui qui ne s’acquitte pas de la zakat sur ses biens sera châtié pour cela le Jour de la Résurrection.

 

La chose la plus importante après la prière et la zakat est le jeûne du mois de Ramadan qui est un des cinq piliers de l’islam cités dans la parole du prophète : « L’islam est bâti sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Muhammad est le messager d’Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la Zakat, le jeûne de Ramadan et le pèlerinage. »

 

Il est obligatoire au musulman de préserver son jeûne et sa prière de nuit, de tout ce qu’Allah lui a interdit comme paroles et actes, car ce qui est visé par le jeûne est l’obéissance à Allah, prendre en haute considération les limites sacrées d’Allah, et l’effort de l’âme (Djihad annafss)  contre ses passions dans l’obéissance à Son Maître, afin de la forger à la patience sur ce qu’Allah a interdit. Le but n’est pas seulement de délaisser la nourriture et la boisson et toute autre chose qui annule le jeûne, ainsi il a été authentifié, que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le jeûne est un bouclier (jounnah), si l’un de vous jeûne qu’il ne tienne pas de propos obscènes et ne crie pas, et si quelqu’un l’insulte ou l’importune, qu’il dise : je suis en état de jeûne. » Et il a été authentifié qu’il a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge et sa pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il délaisse sa nourriture et sa boisson. »

 

On sait d’après ces textes et d’autres que le jeûneur doit prendre garde à tout ce qu’Allah lui a interdit et préserver tout ce qu’Allah lui a rendu obligatoire. De cette façon, on espère pour lui le pardon, l’affranchissement du feu et l’acceptation de son jeûne et de sa prière de nuit.

 

Et il est des choses qui peuvent échapper à certains, parmi lesquelles :


Il est obligatoire au musulman de jeûner avec foi et espoir en la récompense, non par ostentation, ni par suivi des gens, de sa famille et du pays. Mais il faut que ce qui l’amène au jeûne soit sa foi qu’Allah le lui a rendu obligatoire, et qu’il espère la récompense auprès de son Seigneur pour cela. De même pour la prière de nuit du mois de Ramadan, le musulman doit l’accomplir avec foi et en espérant la récompense de son Seigneur, pas pour une autre raison. C’est pour cela que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »

 

Et parmi les règles qui peuvent échapper à certains :


Ce qui peut atteindre le jeûneur comme blessure, saignement de nez, vomissement ou remontées gastriques involontaires, etc., toutes ces choses n’annulent pas le jeûne, par contre, pour celui qui s’est fait vomir, cela annule son jeûne, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui vomit n’a pas à compenser le jeûne, et celui qui se fait vomir doit compenser le jeûne. »

 

Et parmi ceci : ce qui peut arriver au jeûneur comme retardement du ghusl (grandes ablutions ou bain rituel) jusqu’au fajr. Et ce qui peut arriver à certaines comme retardement du ghusl après les menstrues ou les lochies, jusqu’après le lever du fajr. Si la femme voit qu’elle est de nouveau en état de pureté avant le fajr, il lui est obligatoire de jeûner, et il n’y a pas de mal à retarder le ghusl jusqu’à l’arrivée du fajr, mais elle ne doit pas le retarder jusqu’au lever du soleil, au contraire elle doit se purifier et prier avant le lever du soleil. De même pour celui qui est état d’impureté majeure (après un rapport sexuel ou une éjaculation), il ne doit pas retarder le ghusl jusqu’après le lever du soleil, mais il doit se purifier et prier le fajr avant le lever du soleil. Et l’homme doit se presser de le faire afin de pouvoir accomplir la prière du fajr en commun.

 

Parmi les choses qui n’annulent pas le jeûne : La prise de sang et l’injection non nutritive, mais le fait de le repousser jusqu’à la nuit est prioritaire et meilleur, si cela est possible, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Laisse ce qui te jette dans le doute pour ce qui ne t’y jette pas. » Et sa parole : « Celui qui délaisse les ambiguïtés a préservé sa religion et son honneur. »

 

Parmi les choses dont le jugement échappe à certains : l’absence de quiétude dans la prière, qu’elle soit obligatoire ou surérogatoire, les hadiths authentiques du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) montrent que la quiétude est un pilier de la prière, sans laquelle la prière n’est pas valide. Et la quiétude est le calme (l’immobilité) dans la prière et le recueillement et l’absence d’empressement, jusqu’à ce que chaque vertèbre revienne à sa place. De nombreuses personnes prient pendant Ramadan la prière du Tarawih sans réfléchir (sur le sens des versets) et sans quiétude, au contraire ils picorent, et la prière accomplie de cette façon est nulle, et celui qui l’accomplit est pécheur et n’est pas récompensé.

 

De plus, parmi les choses dont le jugement peut échapper à certains : L’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier moins de vingt raka’at pour tarawih, et l’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier plus que onze ou treize raka’at, et toutes ces opinions sont déplacées, et elles sont une erreur qui contredit les preuves.

 

Les hadiths authentiques du messager d’Allah montrent qu’il y a une certaine largesse pour la prière de la nuit, il n’y a pas de limite définie qu’il n’est pas permis de dépasser. Au contraire, il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) priait onze raka’at pendant la nuit, et il a pu en prier moins pendant Ramadan ou en dehors. Lorsqu’il a été interrogé sur la prière de la nuit, il a dit : « Priez-la paire par paire, et si l’un d’entre vous craint que le Subh n’arrive qu’il prie une raka’a qui rendra impair ce qu’il a prié. » (Rapporté par Boukhary et Mouslim)

 

Il n’a pas précisé un nombre de raka’at, ni pendant Ramadan ni en dehors. C’est pourquoi les compagnons, à l’époque de ‘Umar, ont parfois prié vingt-trois raka’at, et d’autres fois onze raka’at, tout ceci a été authentifié de ‘Umar et des compagnons à son époque.

 

Certains Salafs priaient pendant Ramadan trente-six raka’at et en ajoutaient trois pour le witr, d’autres priaient quarante et une raka’at. Shaykh Al-islam Ibn Taymiyyah et d’autres ont rapporté ceci des gens de science, et comme il l’a rappelé, il y a une certaine largesse dans cette question, et il a également rappelé qu’il est meilleur pour celui qui allonge la récitation, l’inclination et la prosternation, de réduire le nombre (de raka’at), et pour celui qui raccourcit la lecture, l’inclination et la prosternation, d’augmenter le nombre (de raka’at). Ceci est le sens de sa parole.

 

 Celui qui médite sur la Sunna verra qu’il est meilleur de prier onze ou treize raka’at, pendant Ramadan ou en dehors, car c’est là que s’est arrêté l’acte du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) la plupart du temps. De même, c’est ce qui est moins contraignant pour les musulmans et plus proche du recueillement et de la quiétude. Il n’y a pas de mal à rajouter (dans le nombre de raka’at), cela n’est pas détestable, comme on a pu le voir.

 

Il est préférable, pour celui qui prie avec l’imam la prière de nuit de ramadan, qu’il ne s’en aille qu’avec l’imam, d’après la parole du prophète : « Si l’homme prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il parte, on lui écrit la prière d’une nuit (entière). »

 

Il est légiféré à l’ensemble des musulmans de faire des efforts dans les différentes adorations dans ce mois béni parmi les prières surérogatoires, la lecture du Coran avec méditation et réflexion, l’augmentation dans le Tasbîh (dire Subhannallah (gloire à Allah)), Tahlîl (dire La ilaha illallah (il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah), Tahmîd (dire Al-Hamdu lillah (louange à Allah), Takbîr (dire Allah Akbar (Allah est le plus grand)), la demande de pardon, les invocations légiférées, ordonner le bien, réprouver le mal, appeler à Allah Tout-Puissant, aider les pauvres et les indigents, faire des efforts dans l’obéissance aux parents, honorer les liens de parenté, s’occuper de son voisin, visiter le malade, et d’autres choses encore parmi les diverses bonnes actions. Ceci d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) citée précédemment : « Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi vous est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. » Et d’après ce qu’on rapporte de lui : « Celui qui accomplit (pendant Ramadan) un acte parmi les actes de bien est comme celui qui a accompli une obligation en dehors (du mois de Ramadan), et celui qui accomplit une obligation est comme celui qui en accomplit soixante-dix en dehors (du mois de Ramadan). » Et sa parole dans le hadith authentique : « Une ‘Umra accomplie pendant Ramadan est comme (la récompense) d’un hajj –ou il a dit- d’un hajj en ma compagnie. »

 

Et les hadiths et les narrations qui montrent cet empressement et cette concurrence dans les différents types de bonnes actions pendant ce noble mois, sont nombreux.

 

Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde, ainsi qu’à tous les musulmans, tout ce qu’il contient comme agrément, et qu’Il accepte notre jeûne et notre prière, et qu’Il améliore nos situations et nous fasse revenir des égarements des tentations, comme nous Lui demandons, gloire à Lui, qu’il améliore les gouverneurs des musulmans, et qu’Il réunisse leurs paroles sur la vérité, Il est certes Celui qui possède cela et Celui qui en est capable.

 
Wasalamu alaikoum wa rahmatullahi wa barakatuh


Source : Risâlatân Mawjizatân fi Az-Zakât wa As-Siyâm


Traduit par le site salafs.com et révisé par l’équipe d’islamhouse.

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 05:16

Au nom d’Allah, l’Infiniment Miséricordieux, le Très Miséricordieux

 

 Le mois de Chaabâne

 Ô Allah ! Bénis-nous les mois de Rajab et de Chaabâne et fais-nous parvenir au mois du Ramadhan !

 

Louange à Allah ! Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa famille et tous ses Compagnons !

 

D’après l’Imam Ahmed et e-Nasâî, selon Usâma ibn Zaïd, le Messager d’Allah (SAWS) jeûnait certains jours d’affilés à tel point que nous pensions qu’il (SAWS) ne s’arrêtait jamais ; et il (SAWS) mangeait certains jours d’affilés à tel point qu’il (SAWS) ne jeûnait plus si ce n’est deux jours par semaine. Il (SAWS) les consacrait séparément au jeûne en dehors des périodes où il (SAWS) jeûnait. Il n’y a pas un mois où il (SAWS) se consacrait le plus au jeûne que pendant Chaabâne. Je lui (SAWS) posais la question à ce sujet :

 

 « Cher Messager d’Allah ! Tu te consacres au jeûne à tel point que tu ne le romps pratiquement plus ; et tu interromps le jeûne à tel point que tu ne t’y consacres pratiquement plus si ce n’est deux jours que tu consacres séparément au jeûne en dehors des périodes où tu jeûnes.

-          Quels sont ces deux jours ? demanda-t-il.

-          Le lundi et le jeudi lui répondis-je.

-          Au cours de ces deux jours, les œuvres sont exposées au Seigneur de l’univers, et j’aime être en état de jeûne lorsque mes œuvres Lui sont exposées.

-          Je ne te vois pas autant jeûner les autres mois que pendant celui de Chaabâne.

-          Les gens oublient ce mois qui se trouve entre Rajab et Ramadhân. C’est pourtant le mois au cours duquel les œuvres montent vers le Seigneur de l’Univers (Y), et j’aime être en état de jeûne lorsque mes œuvres Lui sont montées. »[1]

 

 Ainsi, il n’y a pas un mois en dehors du mois prescrit, où le Prophète (SAWS) jeûnait le plus que celui de Chaabâne. Il (SAWS) y jeûnait pratiquement (ou probablement) tout le mois.[2] Cependant, il (SAWS) ne lui plaisait pas que l’on puisse jeûner tous les jours de l’année sans interruption. Il (SAWS) disait même que la meilleure façon de jeûner était celle du prophète Dawûd (AS) qui jeûnait un jour sur deux. [3] Or, selon Abû Huraïra, le Messager d’Allah (SAWS) a interdit de jeûner la deuxième moitié de Chaabâne[4] ce qui semble –du moins en apparence – contradictoire avec le Hadith précédemment cité. Plusieurs hypothèses ont été soulevées par les savants pour résoudre cette question.[5] En réalité, les textes concordent, car l’interdiction précédemment évoquée concerne uniquement celui qui voudrait commencer à jeûner à partir du milieu de Chaabâne. Quant à celui qui jeûne pendant tout le mois ou presque, il n’est pas concerné par cette interdiction.[6]

 

Concernant les mérites du mois de Chaabâne, nous pouvons recenser le Hadith rapporté par e-Tabarânî et ibn Hibbân, et selon lequel Allah azaoudjel considère toutes Ses créatures la nuit au milieu du mois de Chaabâne. Au cours de cette nuit, Il pardonne à tout le monde en dehors du païen et de deux individus en conflit.[7] Par contre, aucun rituel n’est spécialement légiféré cette fameuse nuit. Il existe certes un texte qui encourage à s’y consacrer en prière et à consacrer la journée suivante au jeûne, mais celui-ci n’a aucune origine qui ferait autorité. Selon ‘Alî (rAa) en effet, le Prophète (SAWS) aurait dit : « Consacrez la nuit du milieu du mois de Chaabâne à la prière, et consacrez le jour suivant au jeûne, car Allah (I) descend au premier ciel au coucher du soleil pour y déclarer : « Y a-t-il quelqu’un qui réclame Mon pardon pour que Je lui pardonne ? Y a-t-il quelqu’un qui Me demande de l’enrichir pour que Je l’enrichisse ? Y a-t-il quelqu’un qui subit un malheur pour que Je l’en soulage ? » Il reste ainsi à énumérer tel et tel cas jusqu’à l’aube. » Ibn Rajab s’est contenté de dire que cette annale est simplement faible (Dha’îf).[8] Le spécialiste contemporain en la matière, Sheïkh el Albânî estime, quant à lui, qu’elle est purement et simplement inventée (Mawdhû’).[9]

 

Quoi qu’il en soit, dans l’hypothèse où il y aurait une annale authentique sur les mérites de cette nuit-là –en dehors de celle que nous avons évoquée – cela ne justifie pas d’y innover des pratiques quelconques et encore moins de s’y adonner en groupe. Sheïkh el Islam ibn Taïmiya souligne à ce sujet : « Il existe deux sortes de prières surérogatoires en groupe. L’une d’entre elles se fait usuellement en assemblée comme la prière de l’éclipse (Kusûf), la prière de la pluie (istisqâ), la prière les nuits du Ramadhan (Tarâwîh ndt.). Ces prières se font toujours en assemblée conformément à la Tradition.

L’autre sorte de prière concerne celle qu’il n’est pas légiféré de faire usuellement en assemblée comme les prières rattachées à l’office (Rawâtib), la prière du matin (e-Dhuhâ), et la prière de salutation à la mosquée (Tahyatoul-Masjid), etc. Il est ainsi autorisé de les faire en groupe de temps à autre en assemblée. Or, en dehors de ces deux catégories, il n’est légiféré de faire aucune prière en assemblée ; c’est même une détestable innovation. En effet, le Prophète (SAWS), les Compagnons, et leurs Successeurs n’avaient pas pour habitude de se réunir en vue de faire d’autres prières que celles que nous avons citées. Le Prophète (SAWS) a tout au plus occasionnellement formé un petit groupe pour faire une prière facultative. Il (SAWS) avait l’habitude de prier la nuit seul, mais une nuit qu’ibn ‘Abbâs passait chez lui, il (SAWS) lui fit profiter de prier avec lui (SAWS). Une autre nuit, il (SAWS) l’a fait avec Hudhaïfa, et une autre fois avec ibn Mas’ûd. Un jour, il (SAWS) s’est joint à ‘Utbân ibn Mâlik el Ansârî qui l’avait invité à prier dans sa Musalla (son lieu de prière). Un autre jour, il (SAWS) a présidé la prière devant Anas, sa mère, et un orphelin.

Cependant, la plupart de ces pratiques surérogatoires, il (SAWS) les faisait seul. Or, les pratiques facultatives que nous venons de citer sont rattachées à la tradition. Quant à innover une forme de prière spéciale ayant un nombre de Rak’a et une lecture déterminés qui serait fixée à un moment déterminé ; et que l’on ferait en groupe de façon usuel comme les prières sur lesquelles la question fut posé ; à l’exemple de Salat e-Raghâib le premier vendredi de Rajab, l’Alfiya le premier jour de Rajab, ou au milieu de Chaabâne, ou encore la prière qui a lieu la vingt-septième nuit du mois de Rajab ; il faut savoir que ce genre de prières n’est pas légiféré à l’unanimité des grandes références de l’Islam comme l’ont souligné les savants qui font autorité.

Seul un innovateur ignorant peut inventer une telle pratique. Ouvrir la porte à de telles choses signifierait de modifier la législation musulmane, et d’avoir une part du blâme orienté à ceux qui légifèrent dans la religion d’Allah ce qu’Il ne leur a point autorisé, mais certes Dieu Seul le sait ! »[10]

 

Il est vrai que certains anciens réservaient certaines pratiques à l’occasion de cette fameuse nuit.[11] Cependant, non seulement cela ne justifie pas de les imiter, car ils pensaient que les annales sur la question faisaient autorité – alors que comme nous l’avons vu ce n’est pas le cas –, mais qui plus est, cela ne justifie pas de les faire à la mosquée.

 

Ainsi, prier la nuit du milieu du mois de Chaabâne reste permis, si on le faisait seul ou au milieu d’une assemblée privée comme certains anciens le faisaient. Mais de là à se réunir dans les mosquées pour effectuer une prière déterminée comme la prière aux cent Rak’a au cours de laquelle on récite mille fois à chacune d’entre elles : (dis : Allah est Unique), c’est une innovation qu’aucune référence parmi les anciens n’a recommandé de faire.[12]

 

Quant au fait de jeûner le lendemain de cette fameuse nuit, rien n’empêche de faire les trois jours de jeûne que le Prophète (SAWS) a préconisé chaque mois ou bien de jeûner la majeure partie du mois,[13] ou encore le mois entier. Un certain Hadith pose néanmoins problème pour les deux derniers points. D’après el Bukhârî et Muslim en effet, selon Abû Huraïra (rAa), le Prophète (SAWS) a déclaré : « Ne devancez pas le Ramadhan d’un jour ou deux, sauf pour celui qui doit accomplir un jour de jeûne. »[14] Pour mieux comprendre le problème, il faut savoir que trois cas de figure sont possibles ici et que chaque cas détient un statut particulier.

 

Premièrement : le fait de jeûner le dernier jour de Chaabâne par précaution afin de ne pas rater éventuellement le premier jour du Ramadhan si la nuit du doute n’annonce rien. Cela est strictement interdit bien que certains Compagnons –qui vraisemblablement ne connaissaient pas le texte en question – le faisaient. Toutefois, ibn ‘Omar –que l’Imam Ahmed imitait – faisait la distinction entre la nuit du vingt-neuvième jour de Chaabâne où il y avait des nuages, et la nuit sans nuages.[15]

 

Deuxièmement : faire le jeûne pour celui qui doit s’acquitter d’un vœu, ou qui veut récupérer un jour manqué du Ramadhan passé, ou encore qui est soumis à des jours d’expiation, etc. Dans ce cas, il est possible de le faire pour la majorité des savants. Par contre, il est interdit de le faire selon une tendance parmi certains anciens qui exige de laisser un espace d’au moins un jour dans l’absolu entre Chaabâne et Ramadhan. On relate –bien que cela soit sujet à discussion – qu’Abû Hanîfa et e-Shâfi’î notamment déconseillaient de le faire.

 

Troisièmement : prendre le vingt-neuf Chaabâne comme un jour de jeûne facultatif. Les savants à l’instar d’el Hasan, considérant qu’il faille laisser une durée entre Chaabâne et Ramadhan, déconseillent de le faire. Mâlik et les savants en accord avec lui ont donné la permission de jeûner à celui dont le jour de jeûne tombe le vingt-neuf. E-Shâfi’î, el Awzâ’î, et Ahmed et d’autres distinguent toutefois entre un jour de jeûne fait par habitude et un jour de jeûne quelconque. Il est pertinent de distinguer également entre celui qui jeûnait plus de deux jours avant la fin du mois et qui voudrait introduire sans interruption ses jours de jeûne avec le mois de Ramadhan. Cette pratique est possible sauf aux yeux de ceux qui déconseillent de jeûner à toute personne qui commencerait ses jours à partir de la deuxième moitié de Chaabâne compte tenu du texte sur la question venant l’interdire. Par contre, si quelqu’un jeûnait déjà au cours de la première moitié du mois, il lui est possible de continuer de le faire jusqu’à la fin du mois.

 

En résumé, de nombreux savants estiment que le Hadith d’Abû Huraïra précédemment cité est en vigueur. Par conséquent, il est déconseillé de jeûner facultativement un jour ou deux avant le début du Ramadhan sauf pour celui qui le fait par habitude ou pour celui qui a décidé de jeûner pendant tout Chaabâne.[16] Par ailleurs, les savants ont cherché la raison pour laquelle, il fut interdit de jeûner un jour ou deux avant le mois du jeûne. Trois hypothèses ont été retenues : la première : c’est pour éviter de faire des jours de Ramadhan supplémentaires. La deuxième : c’est pour distinguer entre les jours de jeûnes obligatoires et les jours facultatifs. La troisième qui est la moins pertinente : c’est en vue de garder ses forces pour le mois prescrit.[17]

 

Malheureusement, certains ignorants peuvent s’imaginer que ces deux fameux jours servent à faire les provisions de nourritures pour imiter certaines coutumes chrétiennes et pourquoi pas pour beaucoup d’entre eux, ils servent à faire ses provisions de péchés ![18] Il est aussi navrant de constater que certains trouvent que le Ramadhan est pénible en raison des rituels comme la prière et le jeûne qui y sont prescrits. Beaucoup de gens prennent la peine de prier uniquement à l’occasion de ce mois bénit. Beaucoup renonce notamment aux grands péchés au cours de cette période qu’ils peuvent trouver longue et difficile. Ils passent ainsi leur temps à compter les jours et les nuits en quête de retrouver les plaisirs qu’ils ont perdus durant un mois. En fait, ils ont pleine conscience qu’ils n’évoluent pas et qu’ils n’ont aucune volonté sincère de repentir. En cela, ces gens-là sont perdus ! Quoiqu’ils ne soient pas les pires, car certains n’attendent pas la fin du mois pour se vouer à la débauche…[19]

 

Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa famille et tous ses Compagnons ! 

 

Audio exclusivité : www.islamhouse.com

              

[1] Rapporté par Ahmed dans son Musnad (5/201), et e-Nasâî (4/201-202).

[2] Voir Sahîh e-Targhîb wa e-Tarhîb de Sheïkh el Albânî (1/595-597).

[3] Idem. (1/601).

[4] Voir Sahîh el Jâmi’ de l’Albânî (397).

[5] Voir Latâif el Ma’ârif fîmâ el ‘Âm min el Wazhâif d’ibn Rajab.

[6] Voir Majmû’ Fatâwa Sheïkh ibn Bâz (15/385).

[7] Voir Sahîh e-Targhîb wa e-Tarhîb (1/597).

[8] Voir Latâif el Ma’ârif.

[9] Voir Dha’îf e-Targhîb wa e-Tarhîb (1/316).

[10] Majmû’ el Fatâwâ (23/414).

[11] Voir Latâif el Ma’ârif.

[12] Voir : Majmû’ el Fatâwâ (23/131).

[13] Voir Latâif el Ma’ârif.

[14] Rapporté par el Bukhârî (1983) et Muslim (1082).

[15] Voir : Majmû’ el Fatâwâ (23/122-125).

[16] Voir Latâif el Ma’ârif.

[17] Idem.

[18] Idem.

[19] Idem.

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 09:31

Voilà une nouvelle collection de livres de dine que j'ai commencé

il y a quelques temps pour mes enfants.

Il y a un tome par prophète.

Le niveau de langage n' est pas adapté aux touts petits,

mais avec quelques explications et à force de les lire, l'histoire reste !

Je les lis en lecture du soir et même Souleyman s'endort

en écoutant mashaAllah et en têtant bien évidemment !

Al hamdullilah je suis contente de ces achats et je compte finir

au plus vite la collection inchaAllah.

DSCN2654.JPG

 DSCN2666.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont des dessins charia, les quelques représentations qu'il y a ont le visage floué.

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 07:29

Salam allaykoum mes soeurs

On passe au chapitre suivant ...

 

Le prophète (SAWS) a dit :

" Celui qui commet l'adultère n'est pas croyant au moment où il

fornique, et celui qui vole n'est pas croyant au moment où il vole, mais chacun d'eux peut se repentir et revenir à Dieu."

 

Dieu azawadjel dit :

" Tranchez les mains du voleur et de la voleuse en punition de leur méfait. Telle est la peine édictée par Dieu. Allah est puissant et sage." S:5 v:38

 

Aïcha (que Dieu l'agrée) a raporté :

" Une femme avait l'habitude d'emprunter des vêtements sans les rendre à leur propriétaire. Le prophète (SAWS)nordonna qu'on lui coupe la main. Ses parents vinrent trouver Oussama Ben Zaïd afin qu'il parle à son sujet avec le prophète (SAWS).

Celui-ci (SAWS) répondit :

" Ô Oussama ! Je n'attends pas à ce que tu viennes intercéder quand il s'agit d' appliquer une peine prescrite par Dieu azawadjel." Puis le prophète (SAWS) fit le sermon suivant :

"Ce qui a causé la perte de ceux qui vous ont précédé, c'est qu'ils laissaient l'homme influent libre quand il volait, mais par contre ils coupaient la main à l'humble s'il volait. Par Celui qui détient mon âme entre ses mains, si Fatima, fille de Mohammed (SAWS) avait volé, je lui aurait fait coupé la main."

 

Les savants ont jugé que le repentir du voleur ne pourrait être accepté

que s' il rend ce qu'il a volé. Au cas où il en est incapable à cause de sa pauvreté, il devra demandé au propriétaire du bien volé de lui pardonner.

Repost 0
Published by Ptitetribue - dans Islam
commenter cet article

Mon Atelier ...

  • : Ptitetribue et compagnie
  • Ptitetribue et compagnie
  • : Les tribulations de ma ptite tribu ... Mes coutures, mes anecdotes, ... quelques ptites choses à partager Bonne visite et n'hésitez pas à me contacter ...
  • Contact

Dans mon atelier ...

Il y a    personne(s) dans mon atelier.

atelier-bricolage-avez-amenage-atelier-bricoler 157734 

 

Recherche

Merci de votre visite ...

 

Au Fond De Mon Atelier ...

Mes ateliers favoris ...

Les Activités ...